BIELLES

Histoire

La bielle transmet le mouvement alternatif et la force qui l’accompagne du piston au vilebrequin. La tête de bielle est en rotation sur le maneton du vilebrequin, généralement par l’intermédiaire d’un palier/coussinet (des roulements pour faire simple), tandis que le pied de bielle s’articule sur l’axe du piston, le plus souvent sur un roulement à aiguilles. Encaissant de puissants efforts, la bielle est une pièce en acier de haute résistance amélioré par divers traitements thermiques.
 

La rupture ou déformation d’une bielle est donc très grave pour votre moteur, et provoque généralement sa casse.

Son fonctionnement :

Dans les moteurs à combustion interne, les bielles transforment le mouvement alternatif rectiligne des pistons en un mouvement rotatif quasi continu du vilebrequin. La bielle comporte deux alésages circulaires, l’un de petit diamètre, appelé pied de bielle, et l’autre de grand diamètre, appelé tête de bielle.
  Anatomie d’une bielle automobile.

 

Le pied de bielle est engagé autour de l’axe du piston. La friction entre la bielle et l’axe est réduite par l’interposition entre les deux pièces mobiles d’une bague circulaire recouverte ou constituée de métal anti-friction (bronze, par exemple), ou de roulements (à aiguilles le plus souvent).

image-bielle
La tête de bielle, elle, enserre le maneton du vilebrequin. Pour permettre le montage dans le cas d’un vilebrequin assemblé, la tête est coupée en deux dans un plan diamétral perpendiculaire à l’axe général de la pièce. La partie coupée s’appelle le chapeau de bielle. Après montage, le chapeau (ou pontet) est réassemblé au reste de la bielle par des boulons.

À l’inverse, la bielle peut être d’une seule pièce si le vilebrequin est constitué de parties assemblées après montage de la bielle. L’embiellage (manivelle et bielle) n’est plus démontable. La friction entre l’ensemble bielle/chapeau et maneton est réduite par l’interposition entre les pièces mobiles de deux demi-coussinets en acier recouverts sur leurs faces internes de métal anti-friction (généralement métal rose ou régule), ou de roulements.

Un manque de lubrification ou un échauffement trop important peut entrainer la fonte du métal antifriction et sa disparition entre les pièces mobiles provoque un jeu engendrant cognements et chocs destructeurs ; on dit que la bielle est coulée. Pour éviter ces désagréments, têtes et pieds de bielles sont percés de petits conduits qui permettent à l’huile moteur de circuler, de lubrifier et de refroidir les faces métalliques en contact.

On peut voir grâce à cette image animée, le mouvement transmis de la bielle entre le piston et le vilebrequin.

4-cycles-dun-cylindre-admission-compression-combustion-echappement
Sources:  Educauto.fr / fiches-auto / wikipédia
C’est la fin de cet article sur la bielle, retrouvez tous mes articles de mécanique « ICI« . (Cet article peut faire l’objet de modifications à tout moment)
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Vous aimez cet article ?
5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Annonces
X
Bienvenue chez CarNews France

Bienvenue sur le support

Abonnement par courrielRecherche sur le siteEnvoyez-moi un courrielLaissez un commentaire
WPBot

Besoin d aide ?